VOUS LISEZ UN ARTICLE DU SNPCC
VOUS LISEZ UN ARTICLE DU SNPCC

42 années d’existence, de promotion, de sensibilisation et de défense des professions de la filière canine et féline. Les métiers du chien et du chat nécessitent des compétences associées au plaisir de travailler avec les animaux. Notre représentativité permet au SNPCC de participer au Dialogue Social et ainsi échanger avec les Partenaires Sociaux dans les différentes commissions liant les chefs d’entreprise et leurs salarié(e)s.

SOCIAL – Travailler pour un concurrent de son employeur pendant ses congés payés peut constituer une faute grave

Cass. soc., 5 juill. 2017, n° 16-15.623

Dans un arrêt du 5 juillet 2017, la Cour de Cassation déclare que le salarié qui profite de ses congés payés pour travailler chez un concurrent intervenant dans le même secteur d’activité et dans la même zone géographique commet une faute grave justifiant la rupture immédiate de son contrat de travail. Nul besoin pour l‘employeur de démontrer l’existence d’un préjudice particulier.

Pour rappel, pendant les périodes de suspension du contrat de travail, le salarié reste tenu envers l’employeur d’une obligation de loyauté. Des actes de détournement de clientèle ou de concurrence commis pendant ces périodes constituent une violation de cette obligation et justifient le licenciement du salarié.

En l’espèce, la salariée, chef d’équipe d’une entreprise de sécurité avait, pendant ses congés, été engagée en CDD pendant une dizaine de jours en tant que maître-chien par une société concurrente de celle de son employeur, lequel la licencia pour faute grave.

La Cour d’Appel a validé le licenciement, estimant qu’en tant que chef d’équipe, elle exerçait une fonction de référente à l’égard de ses collègues, et qu’elle avait exercé, pendant ses congés, des fonctions identiques à celles qu’elle occupait chez son employeur, tout cela pour une société directement concurrente qui intervenait dans le même secteur d’activité et dans la même zone géographique.

La salariée avait donc formé un recours devant la Cour de Cassation, en soutenant que, puisqu’elle avait travaillé pour une entreprise concurrente pendant une période de suspension de son contrat, son licenciement ne pouvait être justifié que dans la mesure où l’employeur démontrait que cette activité lui avait causé un préjudice.

La Cour de Cassation rejette cette argumentation : dans une telle situation, nul besoin pour l’employeur de prouver l’existence d’un quelconque préjudice. Le salarié dont le contrat est suspendu reste tenu envers son employeur à une obligation de loyauté « qui emporte une obligation de fidélité et de non-concurrence ». Le licenciement qui découle de tels agissements est dès lors justifié.

Articles aléatoires

Questions-réponses ministère du travail prime exceptionnelle

La prime exceptionnelle de pouvoir d’achat est reconduite cette année par l’article 7 de la loi n° 2019-1446 du 24 décembre 2019 de financement de la sécurité sociale pour 2020. Ses modalités d’application sont modifiées par l’ordonnance n° 2020-385 du 1er avril 2020. Le dispositif exonère d’impôt sur le revenu

Lire l'article »

RGPD – Nouveauté

La nouvelle réglementation RGPD n’est pas simple à apprivoiser…  C’est pourquoi, nous avons mis à votre disposition  quelques outils qui vous permettront d’adapter cette réglementation à votre entreprise. Ces documents sont disponibles depuis votre espace adhérent, rubrique RGPD !

Lire l'article »

Articles Populaires

Articles récents

Revue de presse SNPCC

Archives par mois

Consultez nos anciennes publications !

Photos et résultats CFT 2019

Newsletter

Newsletter

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur print
Partager sur email

PARTAGER CET ARTICLE